A la rencontre de Cindy

Pouvez-vous nous dire qui est Cindy ? 

Cindy est une jeune fille de 21 ans étudiante en deuxième année de BTS communication, et modèle photo d’origine Franco-Ivoirienne. Elle se définit comme une jeune femme battante, sérieuse et déterminée pour atteindre ses objectifs . 
 
D’où vous  vient cette passion pour la photo?

Je suis arrivée par pur hasard dans le monde de la mode à l'âge de 19 ans .
Plus jeune, être modèle photo n’était pas du tout dans mes projets et je ne me voyais pas dans le milieu.  Je rêvais plutôt d’être athlète de haut niveau, particulièrement dans la discipline du triple saut qui était une passion depuis l'enfance.
Au fur et à mesure des shootings photos, j’ai commencé à prendre goût et à me sentir à l’aise face à la caméra.  C’est ainsi que j’ai développé une passion pour la photo au point d'espérer en faire régulièrement et si possible vivre de cela.

Comment a débuté votre carrière? 

Ma carrière a débuté par un shooting pour la marque Française L’Oréal. 
Comme je le disais précédemment je n’avais pas du tout l’intention de me lancer dans une carrière de modèle photo , disons que j'ai saisis une opportunité .J’étais en train de me faire coiffer dans le salon de coiffure Vania Laporte à bordeaux, où je résidais à l'époque, avant d'être sur Paris, que la responsable du salon qui est l'une des ambassadrices de L'Oréal m'a proposé de participer à un shooting pour le lancement d'une gamme pour les Antilles. 
Par la suite, ayant énormément apprécié j’ai décidé de prendre contact avec des photographes de la région et de me créer un book dans le but d'aborder le sujet plus sérieusement. 

Quels sont les différents shootings auxquels vous avez participé ?

D'abord, L’Oréal Paris,Diouda ( boutique en ligne de produits cosmétiques pour femmes noires et métissées), Frédéric Kazan ( coiffeur sur Bordeaux),Alexandre de Paris ( salon de coiffure international) ainsi que des campagnes publicitaires pour des produits cosmétiques. 
J'ai participé à des défilés en haute couture pour Ana Quasoar ( créatrice de robes de mariés basée sur Paris), le défilé du salon du chocolat en 2013; et j'ai collaboré avec de nombreux photographes.

Quelle expérience au cour de votre vie de modèle photo vous as le plus marqué ? 

Je ne pourrais pas citer un shooting en particulier car tous m’ont apporté des expériences différentes en fonction des thèmes, du photographe et de l’équipe entière du shooting. 
En général tous m’ont marqué positivement . J’aime bien voir le rendue que je peux avoir dans les différents style: du naturel au plus sophistiqué en passant par l’artistique. 
Cependant ,je citerai encore une fois L’Oréal, car c'était mon premier shooting ou je découvrais toute l’organisation d’un shooting professionnel et j’avais l’impression d’être une princesse vu que l'on était à mes petits soins. 

Comment faites-vous pour supporte le côté hostile de ce domaine ? 

Le monde de la mode est un milieu très dur, d’autant plus pour les femmes typées ou noires. 
Malheureusement, malgré quelques exceptions le milieu reste très fermé à ce type femmes, à croire que juste un style de femmes apprécie la mode.  Les stylistes recherchent essentiellement des filles très grandes, fines et blanches. ( La vague des filles de l’Europe de l’est) et les annonceurs demandent que très rarement des femmes typées, même si on observe que pour certaines villes, la demande est en croissance ( exemple:Londres).
Pour ma part ce n’est pas toujours facile . Il m’arrive d’enchaîner casting sur casting et d’en être retenue a aucun. Le moral en prend un coup mais il faut se relever et persévérer parce que lorsque tu décroches un contrat la joie est intense, c’est une nouvelle expérience et opportunité. Les agences modes sont focalisées sur des mensurations perçues comme «parfaites» chose que je n'ai pas forcément, et m’ont incité a perdre du poids. Il faut faire preuve de caractère pour ne pas céder car on tombe très facilement dans un cercle vicieux.  Perdre quelques kilos pourquoi pas mais quand cela devient abusif il faut savoir dire non et garder sa personnalité. Personnellement je me suis finalement tournée vers des agences publicitaires car je me suis rendue compte que mon profil était vraiment plus axé sur la photo .Je suis mince avec des formes , je n'intéresse pas forcément les grandes agences mode qui sont surtout spécialisées dans les défilés haute couture. 
Je le vis super bien parce que à la base j’ai toujours préféré les photos et défiler un peu moins. Je ne suis pas prête à changer ce que je suis pour une carrière de mannequin. 

Qu’envisagez-vous de faire après?

Après mes études en communication, j’envisage m’installer à Londres dans un premier temps pour parfaire mon anglais qui aujourd'hui est une langue primordiale dans le monde des affaires. Il est donc important pour moi de comprendre et parler aisément l'anglais. De plus, concernant les photos j'ai envie de tenter ma chance à Londres, puis après j'aviserai..
Plus tard, j’aimerai ouvrir mon agence de modèle ou de relooking , j’aime tout ce qui est en rapport avec la beauté ou la mode. 

Quels conseils pouvez-vous donnez aux jeunes africaines qui veulent se lancer dans une carrière comme la vôtre ?

Mon conseil serait de les encourager à poursuivre leurs rêves. Qu'elles persévèrent pour y arriver, malgré les coups durs qui pourraient survenir.
Sachant que nous sommes minoritaires dans le monde de la mode, je les encourage encore plus à être déterminer pour parvenir à leur objectif. 
Il faut surtout se respecter et garder sa personnalité propre et avoir la têtes sur les épaules en étant humble dans toutes les situations, qu'elles soient bonnes ou mauvaises; car l'humilité précède toujours la gloire. 

Vos commentaires

NEWSLETTER

Pour recevoir gratuitement la newsletter de Model225 il vous suffit de remplir le formulaire suivant.